27/12/2001 - 3/01/2002

Une grosse envie de soleil nous avait fait préparer une valise plage avant de partir à Verdelot puis à Paris pour fêter Noël. Tel était le point de départ de la démarche qui nous a amené à l'agence de la rue St Lazare (Paris IX ème) le matin du 26 décembre.

 Après quelques coups de téléphone, Romain trouve 3 places dans un vol Air France Paris-La Havane pour le lendemain et de la place dans un des nombreux hôtels de Varadero à Cuba. Une dernière hésitation résolue par une pièce lancée à pile ou face et nous prenons le RoissyBus, place de l'Opéra, le 27 à midi après avoir planqué la voiture dans un garage de la rue Clauzel. Après tout, on peut considérer que ce voyage est notre voyage de noces - voire le voyage de nos 101 ans communs-.

 Dix heures et demie de vol plus tard plus deux heures et demie de taxi et nous voici à "Villa Cuba" sur le coup des une heure du matin heure locale (6 heures de décalage avec la France).

l'hôtel à Varadero

(vu depuis notre balcon)

 

la même vue avec 2 touristes fraîchement débarqués

 

L'hôtel fonctionne sur le principe du "tout compris", ce qui signifie (nous le découvrons 24 h après notre arrivée) que toutes les boissons sont gratuites. Quand j'aurai dit qu'il y a 5 bars dans l'hôtel et que chacun affiche une liste de cocktails impressionnante vous comprendrez vite que la tradition dans l'hôtel soit de visiter les 5 bars avant le repas du soir.  "Cuba libre", "Daiquiri", "Piña Colada" n'ont donc plus de secret pour nous! Du côté bouffe c'est plus quelconque: le petit déjeuner est superbe, mais les déjeuners et les dîners sont assez répétitifs. Une exception : le repas de la Saint Sylvestre qui nous permettra d'accéder à l'indigestion de langouste.

Ce qui est curieux pour un touriste à Cuba c'est que tout se passe en dollars américains - bien que les Américains ne soient pas autorisés à venir à Cuba - L'hôtel appartient pour 51% à l'état et tout le personnel est fonctionnaire: ceux qui ne sont pas motivés par l'obtention éventuelle d'un pourboire (1$ mini) sont d'une serviabilité assez restreinte. 

 

 

 

à la plage : le bonheur des enfants, la tranquillité des parents ...

 

une momie rigolarde

 

 

Tourisme à la Havane

 

Mûe par un sentiment de honte la famille décide que j'irai faire un peu de tourisme culturel à la Havane, tandis que Corinne et Hugo restent de service à la plage de de l'hôtel. Le mercredi 2 janvier veille de notre départ, je prends donc un car pour la Havane qui ramasse au passage un tas de Québécois dans les hôtels de Varadero.

 

Bienvenue à la Havane (coût : 1$)

 

 

Un des innombrables orchestres des rues à la Havane

 

 

 

 

un bistrot tel qu'aux heures de gloire des années 50

 

 

Panorama de la Havane

 

 

devant le palais présidentiel

 

Le jeudi 3 à 17h, un minibus vient nous prendre pour un départ de La Havane à 23heures passées. Arrivée à Paris le 4 à 14h; le temps de récupérer la voiture et les bagages à l'appartement de ma sœur, nous quittons Paris vers 17h et nous retrouvons finalement nos pantoufles prévessinoises vers 23h30 (24h30 de voyage).

Il fait - 2° !